Contact

Julien Herry
+33688763216

Sponsors

Jones Snowboards
karakoram
O'Neill
Julbo

Partager l’expérience

imgMoniteur de ski et guide de haute montagne diplômé depuis l’été 2008, j’ai découvert une autre façon de vivre la montagne : transmettre ma passion aux autres. Du snowboard dans la poudreuse aux grandes faces des Alpes en passant par les belles escalades ensoleillées, je suis prêt à vous faire découvrir l’incroyable variété de la pratique de l’alpinisme.
Ayant engrangé déjà 10 longues années d’expérience principalement dans les Alpes, j’aimerais vous emmener dans des coins insolites, sauvages; redécouvrir de vieilles voies abandonnées et pourquoi pas gravir un sommet vierge au Pakistan ou au Népal...

Voilà une suggestion de sorties et courses originales, déjà réalisées ou en projets :

Snowboard ou ski hors piste :

img
  • Tous les couloirs au Tour descendant sur Trient ainsi que les belles forets de Courmayeur, rarement tracés et souvent poudreux
  • Les pentes raides classiques accessibles par gravité : glacier Rond et couloir des Cosmiques à l’aiguille du Midi, les Marbrés en Italie, le couloir Rectiligne aux Grands Montets...
  • Les pentes raides plus sauvages : couloirs Y et Barbey à l’aiguille d’Argentière, la diagonale à l’épaule du Mallet, la face Sud des Courtes...
  • Voyage au Pakistan avec la possibilité de skier des pentes vierges au milieu des plus belles montagnes du monde

Alpinisme :

Envers du Mont Blanc :

imgSans doute le versant le plus himalayen du massif, proposant une grande variété d’itinéraires engagés et historiques sortant à 4800m.
L’arête du Brouillard, longue escalade mixte oubliée, borde la face sud du Mont Blanc à l’Ouest. Les piliers du Brouillard offrent deux belles voies classiques rejoignant l’arête du même nom (la voie Bonatti sur le pilier de gauche et la voie Bonington sur celui de droite). Suit l’arête de l’ Innominata, la plus classique, longue course neigeuse et mixte moins difficile.
L’arête de Peuterey est la plus belle dorsale du massif, son ascension rassemble toutes les techniques de l’alpinisme sur plus de 2000m de dénivellation et nécessite au minimum 2 jours d’escalade.
Le Grand Pilier d’Angle, accessible depuis le bivouac de la Fourche, propose une multitude de goulottes raides et historiques (premières goulottes en piolet traction) ainsi qu’une face rocheuse très raide offrant un des plus beaux et difficiles itinéraires du massif : Divine Providence !
Sans oublier la voie Major (magnifique malgré son exposition aux séracs) et la voie Crétier en face Sud du mont Maudit, une vieille voie peu parcourue et pourtant si belle...

Les Grandes Jorasses : La paroi mythique du massif...

imgRarement en bonnes conditions ces dernières années, l’éperon Walker reste la ligne majeure et historique de la face Nord, proposant une magnifique escalade longue et soutenue. Les goulottes voisines semblent plus souvent en condition ces dernières années à l’automne (Linceul, Mac Intyre, voie Slovène...)
Cependant le coin la plus sauvage reste la face Est, proposant un chef d’œuvre d’escalade ouvert en 1943 par Giusto Gervasutti, une escalade difficile et en avance sur son temps, dans un raide et magnifique bastion granitique.
Sa voisine l’arête de Tronchey se grimpe en 2 jours, sur un rocher pas toujours des meilleurs, mais dans une ambiance très alpine et sauvage.
Sans oublier la Tour des Jorasses (3800m), jolie tour granitique isolée, offrant de magnifiques escalades délaissées par les foules (dièdre Machetto, éperon Sud...)

Les aiguilles de Chamonix : un terrain de jeu très varié...

imgL’envers des Aiguilles est le paradis du grimpeur (soleil, chaussons d’escalade, pas de sac sur le dos...) mais aussi celui des Alpinistes. Une dizaine de courses classiques magnifiques permettent de sortir sur les sommets principaux avant de redescendre de l’autre coté, sur Chamonix (arete Ryan, arete Sud Crocodile, éperon Sud du Bec d’Oiseau, Grépon-Mer de Glace, traversée République-Grands Charmoz...)
Coté Chamonix, quelques vieilles voies magnifiques sont aussi à gravir : l’éperon Sud Ouest de l’aiguille des 2 Aigles, la face Nord de l’aiguille du Plan, le Couloir Lagarde-Ségogne au Crocodile ou l’arete Nord des Grands Charmoz.
Enfin la classique traversée des Aiguilles de Chamonix, deux jours de parcours d’arête mixte dans un paysage incroyable, avec un bivouac inoubliable au col du Fou.

L’aiguille Verte et les Drus : deux sommets chargés d’histoires...

img Malheureusement la face Ouest des Drus, plus belle face granitique du massif, a subi de gros éboulements ces dernières années et même les classiques Directe américaine et pilier Bonatti ont été emportés en 2005. La voie Pierre Alain en face Nord reste la seule voie rocheuse grimpable versant Chamonix.
Le couloir Nord, bien visible depuis les Grands Montets, est sans doute la plus jolie voie pour rejoindre le sommet des Drus. Un itinéraire dont l’ouverture fut considérée comme un exploit en 1973, repoussant les limites de l’escalade glacière en piolet traction.
Le versant Charpoua propose encore de belles escalades ensoleillées comme la classique traversée des Drus ou la voie Contamine au Grand Dru.
C’est au sommet de la Verte que l’on devient alpiniste disait un guide célèbre... et malgré l’évolution du matériel ce dicton n’est pas démodé, la Verte reste un sommet exigeant, sans voie normale facile.

Les quatre arêtes menant au sommet sont magnifiques et assez classiques, avec un caractère mixte et plutôt aérien. Les couloirs Couturier, Whymper, et Y sont plus rébarbatifs mais offrent de belles ascensions dans les lignes fuyantes de ces toboggans géants.

La face Nord de l’aiguille Sans Nom est sans doute le plus beau versant de la Verte, offrant de magnifiques goulottes de plus de 1000m... avec une mention spéciale pour la voie Brown-Patey, chef d’oeuvre d’escalade mixte ouvert par deux anglais précurseurs : escalade rocheuse, glacière, puis mixte dans une face himalayenne avec un magnifique bivouac en face du couloir Nord des Drus.

Le bassin d’Argentière : une variété de rêve...

imgAyant travaillé trois mois au refuge d’Argentière au printemps 2003, cet endroit à pour moi une saveur particulière: sauvage, austère et ensoleillé en même temps, un cadre idyllique.
Le versant Nord du bassin est composé de grandes faces glacières (Droites, Courtes) offrant de magnifiques et longues escalades en goulotte. De grands éperons mixtes bordent ces faces et proposent une escalade mixte longue et délicate (Tournier intégral aux Droites, voie Fressinet-Azémat à la Verte)
Au fond du bassin le Triolet et le Dolent permettent aussi de belles escalades glacières, d’un dénivelé un peu moindre.
L’aiguille d’Argentière, en versant Sud du bassin, est composée de plusieurs arêtes mixtes et effilées dont la plus belle, l’arête du Jardin, zigzague entre de grands gendarmes rocheux sur 800m de dénivelé.
Coté escalade « chaussons-bandeau dans les cheveux », toutes les aiguilles autour du refuge proposent de belles escalades variées et sauvages sur un granite magnifique...

Le Valais suisse : Une pléiade de sommets de 4000m

imgLes montagnes valaisannes sont impressionnantes et élancées, avec le Mont Rose (2e sommet européen avec ses 4600m) et le Cervin comme sommets principaux.
La Cresta Signal au Mont Rose est une magnifique arête mixte se situant dans le versant le plus sauvage de la montagne.
La voie normale du Cervin étant très parcourue, on lui préfèrera sa voisine italienne, de moins en moins parcourue, l’arête du Lion ou l’arête de Zmutt, un peu plus technique. Certains automnes, la voie historique de la face Nord offre une escalade toute en goulotte à ne pas manquer.
La Dent Blanche est l’autre sommet majeur du coin, offrant une des plus belles faces Nord des Alpes ainsi que de longues arêtes escarpées et sauvages.

L’Oberland et Angadine :

L’Eiger est le sommet le plus connu, avec sa fameuse face Nord mangeuse d’hommes, haute de 1700m. L’itinéraire classique est d’ailleurs facilité avec l’évolution du matériel et permet une ascension en conditions enneigées limitant beaucoup le risque de chutes de pierres.

Au fond de la vallée de Grindenwald se dresse sans doute le plus beau profile de l’Oberland : le pilier Ouest du SheideggWetterhorn propose 1000m d’escalade alpine en calcaire.

Enfin le Piz Badile, superbe pyramide rocheuse, offre avec la voie Cassin en face Nord, une des plus belles escalades des Alpes.

Voyages :

imgTout est possible et imaginable, notre planète offre une telle variété de montagnes et de paysages... Du voyage escalade au Yosemite, Maroc, ou Madagascar, aux expéditions himalayennes ou sud américaines, en passant par le ski au Pakistan ou en Bolivie, chaque projet est réalisable du moment qu’il respecte les populations locales, et qu’il est envisagé sans logistique trop lourde (groupe trop nombreux, expéditions lourdes...)